Beaucoup de gens voient le changement comme un risque. Comme une partie d’échecs compliquée et dangereuse qu’ils ont beaucoup plus de chances de perdre que de gagner. Le résultat est qu’ils ne passent jamais à l’action par peur. Et si nous apprenions à redéfinir le risque ?

Dans cet article, je vais vous expliquer quels sont les risques réels auxquels vous vous exposez quand vous passez à l’action pour changer un aspect de votre vie. Je vous expliquerais ensuite comment gérer ces risques et les maîtriser.

Vous saurez alors comment appréhender le risque de façon constructive, l’évaluer, le traiter et agir en conséquence. Car le risque fait partie du jeu quand vous voulez changer. Que ce soit pour entreprendre, vous expatrier, changer de relations, etc.

Toute action est accompagnée de son « pack » de risques associés. Redéfinir le risque vous permet d’avancer et d’enfin obtenir les résultats que vous voulez pour atteindre dans votre vie.

Oui, la route vers le succès comporte des risques

  • La nature de votre notion du risque
  • L’attitude à adopter

De quelle nature est votre notion du risque ?

Le risque est une notion très personnelle et dépend de chaque aspect de votre situation. Imaginons que vous êtes actuellement sans emploi, investir en bourse sur des valeurs très volatiles peut vous sembler extrêmement risqué. Si vous gagnez bien votre vie, investir 5 % de votre salaire sur les mêmes valeurs n’aura pas du tout le même impact psychologique.

Notre définition du risque est donc directement liée à deux choses. D’une part, notre situation actuelle accompagnée de notre attachement à cette situation et à son confort relatif. D’autre part à nos croyances, forgées par notre cerveau en se basant aussi bien sur le rationnel (expériences) que l’irrationnel (qui n’est qu’une construction mentale créée par les raccourcis que fait notre cerveau pour analyser plus rapidement les situations).

Le plus souvent, notre peur du risque est dictée par l’irrationnel, la méconnaissance d’un sujet spécifique. Et c’est bien ça qu’il va falloir éradiquer dans votre gestion quotidienne du risque.

Vous devez donc faire la part entre l’appréhension rationnelle ou irrationnelle d’un risque et si vous êtes dans l’irrationnel, la première action à mener est d’approfondir le sujet en vous renseignant pour savoir si le risque est réel ou imaginaire.

L’attitude à adopter

Se laisser paralyser par le risque est une attitude contre-productive. Tout dans votre vie personnelle, professionnelle, financière ou amoureuse est soumis à de nombreux risques.

Malgré l’omniprésence du risque dans nos vies, il est amusant de constater que nous avons une attitude complètement faussée face au risque. Nous sommes prêts à l’accepter pour conserver une situation, mais nous avons de grandes difficultés à le gérer quand il s’agit d’améliorer notre vie.

Ne pensez-vous pas que puisque nous ne pouvons pas éviter les risques, autant les prendre pour améliorer notre vie plutôt que pour maintenir une situation qui ne nous convient pas ? Il s’agit alors de faire le choix de chasser le médiocre de votre vie. Apprenez à prendre les risques pour les choses qui comptent vraiment pour vous. Pour vivre une vie qui vous correspond et qui vous enthousiasme.

Passons maintenant aux étapes à suivre pour évaluer et redéfinir le risque aussi efficacement et justement que possible.

Les 7 étapes pour redéfinir le risque et avancer durablement

  • Repérer   
  • Analyser   
  • Comprendre    
  • LA question à vous poser    
  • Redéfinir le risque   
  • Félicitez-vous    
  • Passer à l’action

Repérer le risque

Comme je vous le disais précédemment, si le risque est irrationnel, vous devez vous documenter. Ça vous permettra de savoir si votre appréhension est justifiée ou pas. Si elle est injustifiée, il n’y a plus de problème, si elle est justifiée, vous êtes face à un risque rationnel qu’il faut traiter.

Vous voilà donc face à un risque rationnel. Ce que vous devez maintenant faire, c’est le nommer et le noter. Vous devez faire passer ce risque rationnel du monde de l’esprit au monde réel si vous voulez le traiter. Coucher vos pensées sur papier vous permet de le rendre « palpable, physique ».

Il y a deux avantages à faire ça :

  • Ça peut vous permettre de le sortir de votre esprit. Une fois sur le papier votre cerveau aura naturellement tendance à moins y penser, car il sait que vous avez créé une « sauvegarde externe ».
  • En le rendant plus réel, vous pourrez l’analyser et trouver des solutions plus facilement. Vous ne l’analyserez plus de l’intérieur, mais en ferez le tour. Vous pourrez le tourner et le retourner dans tous les sens avec plus d’agilité.

Une fois que vous aurez mis le risque sur papier, vous serez prêt à passer à l’étape suivante qui est …

L’analyse de la situation

Dans cette étape, vous allez faire l’inventaire de tout ce qui est mis en danger par le risque. N’y allez pas de main morte et allez au bout du pessimisme en vous demandant ce qui pourrait vraiment arriver dans le pire des cas de figure.

Une fois que vous aurez une bonne compréhension de tout ce qui est touché par ce risque, vous allez faire la liste de tout ce qui sera amélioré si, à l’inverse, tout se passait pour le mieux. Encore une fois, n’y allez pas de main morte et allez au bout de votre optimisme !

Faites maintenant le lien entre les bénéfices possibles et votre tableau de visualisation.

Est-ce que cette prise de risque vous permet d’avancer vers votre vision ? D’accomplir l’un de vos objectifs intermédiaires importants ?

Si c’est le cas, vous allez passer à l’étape suivante qui est…

La compréhension du risque

Vous avez établi que votre risque est rationnel et qu’il est une étape par laquelle vous devez passer pour atteindre vos objectifs et accomplir votre vision. C’est parfait. Maintenant que vous savez ça, vous pouvez commencer à traiter le risque en face à face.

Comment ? En vous documentant. Vous allez faire des recherches, que ce soit sur internet, en achetant des livres ou encore en parlant avec des gens qui ont déjà eu affaire à ce risque. Vous n’êtes jamais le premier à rencontrer un risque rationnel. D’autres avant vous l’ont déjà traité, contourné, dépassé. Les réponses existent et vous avez les outils nécessaires pour les trouver.

Pour reprendre l’exemple de la bourse, si le risque rationnel auquel je m’expose est la volatilité des marchés financiers, il me suffit de faire quelques recherches sur internet pour trouver différentes stratégies. Ces stratégies vont me permettre d’amoindrir ou de gérer le risque.

La connaissance est votre meilleure arme pour faire face à un risque, quel qu’il soit. Elles vont vous permettre de faire baisser votre appréhension en gagnant en confiance en vous et en votre capacité à gérer les choses.

Posez-vous cette question

Maintenant que vous avez développé votre connaissance, compétence et confiance, vous allez surement vous demander « OK, maintenant comment je passe à l’action ? ». Minute ! Avant d’aller plus loin, vous allez vous poser une autre question :

« Que va-t-il se passer si je ne fais rien ? ».

Reprenez votre feuille et notez tout ce qui va vous arrivez si vous restez immobile et d’avancer à cause du risque. Quelles seront les répercussions dans 1 mois ? Dans 2 ans ? Où en serez-vous dans 10 ans ?

Le simple fait d’imaginer votre vie toujours parfaitement identique, incomplète, moyenne, que ce soit à moyen ou long terme doit vous donner la nausée. Et c’est parfait ! Parce que si vous n’êtes pas vraiment motivé à faire avancer les choses, à faire bouger votre vie, alors la moindre peur, le moindre risque vous paralysera comme une biche dans les phares d’une voiture.

Listez votre avenir. Allez dans le détail, et soyez parfaitement honnête avec vous-même. Que va-t-il se passer si vous ne faites rien ?

Redéfinir le risque

Une fois que vous aurez terminé votre évaluation du risque et fait le point sur votre futur en cas d’inaction, vous allez redéfinir le risque. Encore une fois, prenez votre feuille et demandez-vous « en fin de compte, est-ce que ce risque était si important ? Est-ce que je sous-estimais le risque ? Le surestimais ? »

Puis vous allez vous demander « Quels enseignements puis-je tirer de l’évaluation que je viens de faire ? Qu’est-ce qui va changer dorénavant dans ma façon de percevoir le risque ? »

Vous devriez maintenant avoir une attitude très différente dans votre rapport au risque. Vous savez comment rationaliser, évaluer, vous avez acquis les connaissances qui vous permettent de le gérer, avez acquis la conviction que vous devez faire face plutôt que d’abandonner.

C’est un monde de perspectives nouvelles qui s’ouvre à vous. Alors félicitations ! Maintenant il est temps de mettre en place la première action. Le premier pas vers votre objectif.

Félicitez-vous !

Une fois que vous en avez fini avec les différentes étapes pour redéfinir le risque, vous allez passer à l’étape la plus sympa. Apprenez à vous féliciter ! Vous venez d’essayer quelque chose de nouveau, une technique que vous ne connaissiez pas encore, et vous l’avez fait du mieux que vous pouviez. Vous avez appris des choses sur vous-même et votre cerveau, acquis de nouvelles connaissances sur ce que vous appréhendiez et êtes sur la bonne voie pour développer une nouvelle habitude qui vous fera avancer à grands pas !

Ça mérite bien une récompense et vous allez vous l’offrir. Que ce soit une soirée au restaurant, une bonne bouteille, une sortie spéciale, un livre ou un film, vous allez vous récompenser d’avoir pris le problème à bras le corps et de l’avoir disséqué.

Mais pourquoi est-ce que j’insiste pour que vous vous récompensiez ? Et bien parce que quand vous allez célébrer cette victoire, votre cerveau va associer l’effort que vous avez fourni à la récompense que vous vous/lui offrez.

En récompensant votre cerveau pour ce qu’il vient de faire, vous allez l’encourager à renouveler l’expérience. Vous allez le conditionner à passer par le nouveau processus de réflexion plutôt que par l’ancien. Plus vous renouvellerez l’opération, plus il sera facile pour vous de gérer tous les risques que vous rencontrerez.

Passer à l’action

Il est temps de passer à l’action. Vous allez maintenant planifier, mais surtout dater ce qui doit être fait. Si vous voulez faciliter votre passage à l’action et avancer chaque jour vers votre vie sur mesure, je vous invite à lire l’article consacré au premier pas pour changer de vie.

Votre fiche « Risque »

Récapitulons les étapes que vous devez passer en revue pour devenir un maître de la gestion de risque.

  • Mon appréhension vient-elle de l’expérience (rationnelle) ou d’un montage de mon esprit (irrationnel) ?
  • Quel est le risque (nommez-le avec vos mots) ?
  • Quels sont les aspects de ma vie mis en danger par ce risque ?   
  • Quels sont les aspects de ma vie qui peuvent être récompensés en cas de victoire
  • Est-ce que la prise de risque va dans le sens de ma vision et de mes objectifs d’étape ?
  • Les informations que j’ai trouvées provenant de ceux qui ont connu ce risque.   
  • Selon ces informations, quelle stratégie je choisis d’adopter ?   
  • Que va-t-il se passer si je ne fais rien ?   
  • Quels enseignements puis-je en tirer pour les autres risques dans ma vie ?   
  • Comment je traiterais dorénavant le risque ?   
  • Comment je choisis de me féliciter ? (une sortie au restaurant, un petit cadeau ?)

J’ai un petit exercice pour vous

Maintenant que vous avez appris à appréhender le risque de façon méthodique, vous allez aujourd’hui prendre 10 minutes de votre temps. Équipez-vous de quoi écrire et faites le point sur le premier risque qui vous vient à l’esprit quand vous pensez aux choses que vous aimeriez mettre en place sans pour autant être passé à l’action.

Pendant 10 minutes, passez-le à travers tout le processus de redéfinition du risque que nous venons de voir ensemble. Quand ce sera fait, partagez le résultat de cette réflexion juste en dessous, dans les commentaires de l’article.

Cela aura deux effets. Vous aurez la fierté de montrer votre progression et votre compréhension du risque. Mais plus encore, votre participation inspirera d’autres personnes à passer à l’action et à faire l’exercice eux-mêmes.

Très souvent, voir que les autres passent à l’action nous pousse à le faire nous-mêmes et il est très probable qu’une chose aussi simple que votre partage, permette à quelqu’un d’autre d’enfin prendre son courage à deux mains et agir. Alors à tout de suite en commentaires !

Samuel Longin

Leave a Reply

Your email address will not be published.