Dans la première partie de l’article, (que je vous invite à lire en cliquant ici si ce n’est déjà fait) nous avons vu les principales raisons pour lesquelles nous sommes souvent enchaînés à des choses, des situations ou des relations même si elles ne nous sont pas profitables.

Aujourd’hui, nous allons aller plus loin dans cette recherche. Nous allons faire la différence entre désir et attachement, comprendre comment vivre la vie des expériences extraordinaires sans être millionnaire. Puis se souvenir de ce que nous sommes. Et nous protéger du risque de devenir ce que les autres attendent de nous.

Enfin, nous verrons l’importance de passer à l’action. Je vous donnerai la technique que j’utilise pour ne jamais regretter un achat ou une expérience.

Faire la différence entre le désir et l’attachement

  • Notions de désir et d’attachement
  • L’attachement vous enferme et vous possède
  • Le désir n’est pas exclusif
  • Ces objets qui nous rendent anxieux (entretien…)
  • Une question va vous faire économiser des milliers d’Euros

Le désir n’est pas exclusif

Quand vous désirez quelque chose, vous le voyez, ça vous fait envie. Mais si vous ne pouvez pas l’avoir, au moins pour le moment, ce n’est pas grave. Vous allez garder ce désir dans un coin de votre tête. Peut être qu’un jour vous y succomberez, mais ça ne sera pas dans l’urgence et la précipitation.

Quand vous arrivez à séparer attachement et désir, quelque chose d’extraordinaire se produit : vous ne ressentez plus ce besoin urgent de posséder la chose.

Vous la désirez toujours, oui, mais n’allez pas vous sentir mal tant que vous ne l’aurez pas en votre possession.

Vous n’allez pas non plus tomber dans l’aveuglement du désir. Aveuglement qui vous fait croire que ce produit est parfait. Qui vous fait oublier tous ces défauts jusqu’à ce que vous l’ayez finalement acheté.

Si vous n’êtes pas attaché, vous saurez encore voir les défauts. Vous prendrez une décision plus juste au moment de succomber ou pas à la tentation.

Vous saurez comparer, analyser, les produits. Analyser votre propre désir et évaluer le moment idéal d’achat.

L’attachement vous possède

L’attachement est comme le désir. Vous voulez quelque chose. La différence c’est que le désir originel a été attrapé par votre émotionnel. L’émotion n’est jamais bonne conseillère. L’attachement va vous pousser à penser à l’objet de votre désir de façon irrationnelle. Il va vous forcer la main pour le posséder à tout prix et tout de suite.
Vous ne vous sentirez plus complet, accompli ou épanoui tant que vous n’aurez pas succombé à cet attachement déguisé en désir. Vous serez en état de manque.

Pour vous forcer à passer à l’achat, votre cerveau va s’évertuer à trouver toutes les raisons pour lesquelles vous devez passer à la caisse. Vous allez vous autoconvaincre que votre vie sera grandement insatisfaite sans lui.

Finalement, c’est un peu comme les cigarettes. En tant qu’ancien fumeur, je me souviens bien des sensations que je ressentais.

Je croyais désirer la cigarette, je croyais aller volontairement vers la prochaine. Par contre, si je n’en avais pas, je me sentais mal. Il fallait absolument que j’en trouve une pour me sentir à nouveau “complet”.

Du côté matériel, c’est le coup de maître qu’a réalisé la pub dans nos cerveaux. Arriver à nous rendre accros en quelques secondes à un objet de façon irrationnelle.

Du côté sentimental et professionnel, c’est l’attachement irrationnel, qui va encore une fois vous couper les ailes et vous garder dans une situation qu’il contrôle à votre place.

Ces objets qui nous rendent anxieux

Parfois, nous choisissons de posséder des objets qui vont très rapidement devenir anxiogènes. Par exemple, on va avoir peur de laisser sa belle voiture de sport garée sur le parking du centre commercial. Du coup on ne s’en servira pas souvent. On va avoir peur de porter sa jolie montre parce qu’on risque de la cogner contre quelque chose et de la briser…

Je vais vous dire un secret : Les objets, qu’ils soient beaux ou pas, qu’ils soient chers ou premier prix sont faits avant tout pour être utiles. Ce sont des outils. Parfois de beaux outils, mais des outils quand même.

Plus bas dans cet article, nous verrons une technique infaillible qui vous permettra d’être à l’aise avec l’utilisation intensive du matériel.

La question qui vous permet d’économiser des milliers d’Euros

Comme un Français sur deux, vous rêvez peut-être qu’un jour vous aurez un bateau.

Imaginons que ça y est vous vous êtes enfin décidé, vous allez en acheter un petit. Vous êtes tombé amoureux de ses formes, ses performances. Il allie avec justesse économie d’énergie, confort et élégance

Pour couronner le tout, le concessionnaire vous apprend que jusqu’à la fin du mois vous pouvez bénéficier d’une remise de 5000€. Tout ça parce que le nouveau modèle arrive bientôt. Par ce geste il essaye de forcer la vente en faisant une offre que vous ne pouvez pas refuser.

Une aubaine ! Vous allez enfin posséder cet objet de désir. Pour ne rien gâcher, cela va renvoyer une image forte à votre entourage et brosser votre égo dans le sens du poil.

Comme la majorité des gens que je connais, vous n’avez bien sûr pas le montant de l’achat sur votre compte en banque. Vous allez donc devoir passer par un crédit. Comble du bonheur, on vous l’accorde avec un bon taux.

Vous êtes prêt, MAIS. Avant que votre rêve ne se transforme en gouffre financier avez-vous pensé aux coûts engagés ? Hivernage, entretien, carburant, place de port, assurance, permis… Tout compris c’est 10% du prix du bateau chaque année que vous allez devoir payer. Et ce, rien que pour le conserver en état de fonctionnement.

Vous vous dites que c’est une mauvaise idée et votre rêve se brise ? Non, vous avez surement pensé « OK, on se contentera d’en louer un ça sera aussi bien ». Et si vous ne l’avez pas pensé, maintenant vous savez que c’est possible.

Un exemple tout bête pour imager mon propos : quand vous faites du saut en parachute, vous n’achetez pas l’avion ? Non, vous payez une somme. La location de l’avion en fait partie. Vous vous offrez avant tout une expérience de vie pas un objet.

Enfin, pourquoi posséder des biens qui se dégradent et perdent de la valeur ? Surtout si vous ne les utilisez pas quotidiennement. Vous pouvez parfaitement louer un bateau une semaine par an. Laisser son propriétaire se débrouiller avec tous les mauvais côtés.

Vous pouvez tout à fait rouler en Porsche pour le plaisir. Il vous suffit d’en louer une. Vous pouvez vivre dans les montagnes autrichiennes un mois sans acheter un chalet, mais en le louant. Bref, vous avez saisi le principe.

Louer est parfois la technique la moins chère, la moins anxiogène, et la plus libre de vivre des expériences extraordinaires.

Ancrez en vous les valeurs du succès

  • Vous n’êtes pas vos biens, votre job ou vos relations
  • Vous n’êtes pas ce que les autres attendent de vous
  • Si vous voulez obtenir quelque chose, il va falloir se bouger
  • Un exercice pour vous : La technique des 10%

Vous n’êtes pas vos biens, votre job ou vos relations

Quels que soient vos biens matériels. Une maison, des tableaux, une voiture, des cuillères. Tous ne sont que des choix que vous avez faits à un moment donné pour vous définir. Vous définir aux yeux des autres, et vous conforter dans l’image que vous avez de vous-même.

On n’achète pas juste une Porsche juste parce qu’elle est belle. On l’achète aussi pour l’image qu’elle donne de nous aux autres et à nous-même. C’est pareil avec tout ce qui nous entoure au quotidien. Nos possessions, nos relations, notre emploi et nos passions.

Nous restons souvent attachés à ces objets, car ils représentent qui nous sommes ou qui nous avons été. Et c’est très rassurant de pouvoir compter sur des béquilles pour se rappeler qui on a été. Se conforter dans l’image qu’on a de soi.

Lorsque vous décidez de changer de vie, il faut vous faire (un peu) violence au début pour enfin arriver à séparer votre image de toutes ces choses.

Cependant, vous vous apercevrez que la grande majorité de tout ça (biens, relations, emploi…) n’a plus d’emprise sur vous. Quand on fait la démarche de changer en profondeur sa vie, on s’autorise à devenir quelqu’un de plus grand, de plus attrayant. Les reliques nous embarrassent et nous freinent plus qu’elles nous réconfortent.

Bien sûr, vous allez garder quelques souvenirs qui vous rappelleront le chemin parcouru. Mais pas plus.

Vous aurez alors appris à être vous-même au-delà des apparences. Appris à privilégier l’expérience et le vivant au matériel et statique.

Vous n’êtes pas ce que les autres attendent de vous

En chacun de nous se cachent plusieurs personnes. Nous ne parlons pas, n’agissons pas, ne respirons pas de la même façon selon qui nous avons en face de nous. Nous sommes capables de nous adapter à notre interlocuteur pour nous faire comprendre ou accepter.

C’est pour ça que vous allez vous habiller correctement et parler un bon français quand vous allez chez le banquier négocier un crédit. Et c’est pour ça que vous vous foutez de votre apparence et que vous pouvez faire des blagues vaseuses entre amis.

Même si on est capable de jongler avec ces différentes facettes de nous, on tombe parfois dans un piège mortel. Le piège de l’attente de l’autre.

Ça se traduit par des actions qui vont à l’encontre de votre bonheur quotidien. On peut, si on n’y prête pas garde, petit à petit, glisser et devenir ce que les autres attendent de nous.

On peut devenir un gentil petit employé modèle même si on veut depuis des années changer de job. Devenir père ou mère au foyer alors parce que c’est ce que notre famille attend de nous. On peut ne surtout rien essayer d’extravagant parce que ça ferait peur à notre entourage.

Dans ce cas là on ne vit plus. Notre vie est alors dédiée aux autres et tout ce que nous sommes est remisé au second plan. Vous enterrez vos rêves, aspirations, joies et bonheurs au fond d’un jardin qui n’est même pas à vous.

Alors, bon sang, vivez selon vos propres aspirations. N’ayez pas peur du regard de l’autre ni de ses réactions. Si vous êtes rejeté par l’autre alors que vous vous mettez en route vers votre nouvelle vie c’est que de toute façon ça ne pouvait pas fonctionner.

On ne reste pas sagement à attendre que la vie passe juste pour rester acceptable dans le regard de gens qui ne veulent rien de grand pour vous.

Si vous voulez avancer, il va falloir bouger !

Il n’y a pas de secret là-dedans. Si vous voulez avancer, il va falloir bouger. Et bouger dans le cadre des attachements, ça veut dire savoir se séparer de ce qui nous freine.

Il va falloir faire le tri dans les porte-poussière que vous avez accumulé. Que vous redéfinissiez le rôle de chaque objet qui vous entoure afin de vous assurer qu’il vous est utile. Faire le tri dans vos relations et maximiser le temps que vous passez avec les gens qui vous boostent.

Enfin, faire le point sur votre situation professionnelle et financière. Le tout afin de mettre en place votre plan d’action si vous n’êtes pas satisfait de la situation actuelle.

Une fois que vous aurez fait le point et que vous vous serez débarrassé de tout ce qui vous encombre, vous pourrez enfin foncer vers votre nouvelle vie. Celle où vos rêves vous attendent.

La technique des 10%

La technique des 10% est un système que je m’impose pour tout ce qui est plaisir et matériel. Elle m’évite de tomber dans l’attachement et de regretter mes choix.

Imaginons que vous ayez économisé 5000€. Vous sortez de chez vous, allez chez le bijoutier et vous offrez une Rolex. Oui je sais, c’est cliché, mais imaginez quand même. Vous venez de vous payer une superbe montre, la prenez en main. Elle est livrée dans un superbe écrin et vous avez l’air de quelqu’un (comme le disait un politique) «qui a réussi sa vie ».

La porterez-vous tous les jours ? Ou allez-vous la laisser sagement dans sa boite de peur de la rayer ou de vous la faire voler ?

Autre exemple, vous vous payez une voiture neuve à crédit ou après avoir économisé sagement. On vous la raye sur le parking du supermarché. Vous allez être furieux non ? Pourtant ce n’est qu’une voiture. Un tas de ferraille bruyant qui est supposé vous amener d’un point A à un point B dans le confort proportionnel à son prix. Un objet de désir parfois, c’est sûr, mais seulement un objet.

Et bien voilà comment je fais pour être indifférent à ce qui arrive à mes possessions matérielles :

Je n’achète rien de matériel dont le prix excède 10% de l’argent que j’ai de côté. De cette façon je m’assure un maximum d’indifférence en cas de problème puisque de toute façon je n’ai pas investi une somme qui me importante à mes yeux.

Ça ne m’empêche pas d’être quelqu’un de soigneux. Je suis aussi agacé quand un objet est détruit, mais ce n’est pas grave. Je passe à autre chose très rapidement.

Si vous voulez commencer à économiser de l’argent, vous sentir à l’aise avec vos possessions et ne pas vous y attacher au-delà du désir et du plaisir, vous devez respecter cette règle.

C’est la même chose pour les plaisirs immatériels. Je respecte la règle des 10% afin de ne pas regretter d’avoir mis mon argent dans une expérience dont je pourrais peut-être être déçu.

Gardez donc ça en tête. Un plaisir, un objet qui vous tente ? Il coûte moins de 10% de vos économies ? Vous pouvez y aller. Sinon, attendez, mettez en place des systèmes pour épargner ou gagner plus d’argent, mais n’achetez pas maintenant.

Je reviendrai sur les techniques d’économies financières sur le blog. Gardez un œil sur le blog, des articles arrivent sur le sujet et ils devraient vous plaire !

Conclusion

En conclusion, ce que je peux vous dire encore une fois c’est de ne pas vous laisser enchaîner par des choses qui ne vous sont pas vitales. Surtout si elles vous freinent dans vos aspirations.

Vous avez une vie, un ticket pour réaliser vos rêves. Ne le jetez pas aux ordures en ne réalisant que les ambitions des autres.

Si votre environnement actuel est insatisfaisant, mettez en place un plan d’action pour en changer. Passer à l’étape supérieure de votre vie.

Concernant les biens matériels : Vous avez le droit de vouloir le meilleur, de rêver d’un bateau, d’une Porsche, d’une maison splendide… mais le fait de ne pas les avoir ne doit pas vous décevoir. Ce ne sont que des jouets. Les posséder ne fera pas de vous quelqu’un de plus heureux ou accompli. Si vous voulez absolument jouer avec, louez-les.

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin et partir à la poursuite de leurs rêves, nous proposons un parcours de formation avec coaching personnalisé.

Nous savons que le chemin est long et semé d’embûches. C’est pourquoi vous avez accès à toutes les informations qui ont changé notre vie et un accompagnement tout au long de la route. Cela vous permettra de créer votre plan d’action et d’agir au quotidien pour atteindre la plus haute version de vous-même.

Samuel Longin

Leave a Reply

Your email address will not be published.