Il y a un mois, je me suis lancé le défi fou de créer une formation en 30 jours et de la mettre en ligne. J’ai décidé de passer à l’action et de ne plus laisser ce projet de côté. En effet, depuis des années, je veux créer un guide du formateur qui aiderait n’importe quel formateur junior à démarrer dans ce métier passionnant.

Quelques années auparavant, je me suis rendu compte de la difficulté de ce métier : que faut-il faire ? Pourquoi ? Quelles actions mettre en place ? Comment réguler un groupe ? Comment parler suffisamment fort pour que tous entendent ?

Tant de questions et peu de réponses rapides. C’est avec l’expérience et la prise de confiance en moi que j’ai compris comment faire. Au bout de 6 ans, je suis très à l’aise pour animer et j’adore ça.

Animer une formation c’est comme un faire un show. Il faut un bon taux d’audience et il faut donc trouver toutes les astuces pour que tous les apprenants s’accrochent jusqu’au bout.

C’est en ayant sous mon aile une future formatrice que j’ai décidé de mettre au point ce guide. Chaque matin, on se voyait pour se fixer les objectifs de la journée. Elle progressait vite, bien plus vite que moi à mes débuts.

Si je peux aider une personne, pourquoi pas deux ou douze ? Pourquoi ne pas partager mon guide à tous ceux qui en ont besoin ? À partir de là, j’ai lancé mon défi 30 jours. Je devais mettre mon plan à exécution.

C’est donc ce que j’ai fait et j’ai filmé chaque jour de ce défi. Chaque action a été filmée en temps réel. Ceci pour plusieurs raisons.

Pourquoi en 30 jours

  • réaliser un défi
  • montrer que tout est possible
  • ne pas laisser le projet trainer
  • l’obligation de bouger

Réaliser un défi

Mon objectif était double. D’abord, je voulais réaliser un défi. Un challenge important qui allait me motiver, me booster et me prouver que j’avais en moi toutes les forces nécessaires pour y arriver.

Ensuite, mon objectif était de montrer qu’on peut tout réussir. À partir du moment où on a une vision, on peut accomplir ce que l’on veut. Par un précédent défi, j’avais déjà tenté de motiver chaque personne à se bouger et réaliser ses rêves.

Ce n’était pas suffisant, alors je suis passé à l’action. J’ai créé une formation de formateur appelé « Formateur de légende », j’ai créé un site internet sans aucune connaissance et je l’ai mise en ligne.

Ce défi montre que l’on peut faire ce que l’on veut. Le plus important n’est pas comment vous allez y arriver, mais de toujours garder votre destination en tête. Si je m’étais arrêté à « je n’ai fait aucune étude en web développement », je n’aurai rien fait du tout.

Montrer que tout est possible

Ce défi m’a permis de montrer que tout est possible. Si vous avez un rêve ou un projet, mais que celui-ci vous paraît complètement fou, que faites-vous ? Rien ! Vous laissez partir ce rêve aux oubliettes.

Vous laissez vos blocages prendre le dessus. Ceci m’est arrivé et ça me révolte aujourd’hui. J’ai compris à quel point on pouvait se bloquer.


Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles

Sénèque

J’ai donc voulu vous montrer que tout est possible à partir du moment où vous avez décidé que c’était possible.

Ne pas laisser le projet trainer

Le fait de mettre fixé une deadline a permis de mettre rapidement le projet au point. Il n’était pas question de voir plus tard ou d’y revenir. Il fallait le faire maintenant et au complet. Ceci a conduit à le faire vite et bien.

C’est d’ailleurs ce qu’explique Timothy Ferris dans son livre « la semaine de 4 heures », c’est en travaillant dans le stress qu’on fait les meilleures choses. Tout simplement parce qu’on va à l’essentiel, on va droit au but.

Ce projet ne pouvait donc pas traîner pendant des mois voire des années comme ça avait été le cas auparavant.

L’obligation de bouger

Puisque je me suis lancé ce défi, il fallait le faire et aller au bout. Mais, je me suis donné une difficulté supplémentaire : filmer chaque jour du défi en temps réel. Je n’avais pas le choix. Chaque jour, je devais tourner et dire où j’en étais.

Non seulement tout a été filmé, mais publié en ligne. Oui, j’aurais pu mentir et faire ce défi avant. Mais, j’ai préféré tout faire en direct. Ainsi, je n’avais pas le choix que d’avancer et aller au bout de mon projet.

C’est aussi ce que je veux vous faire comprendre : ne vous laissez pas le choix. Allez-y, engagez-vous envers vous-même et allez au bout de votre projet.

Comment j’ai fait

  • l’organisation et la rigueur
  • pas de doute
  • aller au bout quoi qu’il arrive
  • se féliciter

L’organisation et la rigueur

Il y a deux qualités indispensables à la réussite : l’organisation et la rigueur. Dès le début du défi, j’ai montré le planning que j’avais créé pour chaque jour. Je savais où je voulais aller et je connaissais mes difficultés : créer le site et le montage vidéo.

Créer une formation était dans mes cordes et le tournage aussi. J’ai donc laissé une semaine pour la création du site en espérant que ce soit suffisant et une seule journée pour le montage. Je craignais un peu de manquer de temps, mais je n’avais que 30 jours.

Toutes mes journées avaient leurs priorités, mais il y a toujours des imprévus. Il faut donc s’organiser en comptant les imprévus.

La rigueur est importante, sans ça, le projet s’arrête les jours où on n’a pas envie. Il faut faire même si on n’a pas envie et qu’on est moins en forme.

Pas de doute

La clef la plus importante est celle-ci : ne pas avoir de doute. On regarde la destination et pas où on en est. Qu’est-ce que je veux ? Où est-ce que je veux aller ? Ce sont les questions les plus importantes à garder en tête.

Je n’ai eu aucun doute. J’agissais. Il n’y avait pas de doute, car je voulais partager ce guide. C’était important pour moi. Alors, j’ai tout mis en œuvre pour réaliser mon projet. Là est la différence avec beaucoup d’entre vous : ne pas se poser de questions au moment où on est lancé dans son projet.

Aller au bout quoi qu’il arrive

Ceci est important : aller au bout des choses. Ne pas s’arrêter. Le fait d’avoir partagé mes vidéos au jour le jour me boostait parce que je me voyais avancer. Je ne me suis pas laissé le choix que d’aller au bout.

Il y a des moments où je ne savais plus quel jour on était ni où j’en étais dans mon défi. Je regardais mon planning et je le suivais. Vers le milieu du défi, je me demandais si j’allais vraiment y arriver. Ce n’était pas simple.

Mais, je continuais parce que je voulais arriver au bout et surtout montrer à tous qu’on peut faire ce que l’on veut.

Se féliciter

La dernière chose importante est de se féliciter pendant et après le défi. C’est ce que j’ai fait. Garder mon dynamisme et me féliciter pour avoir accompli quelque chose de peu évident. La construction du site me sortait vraiment de ma zone de confort donc je me suis félicitée d’avoir créé mon propre site.

À la fin du défi, j’ai célébré parce que j’avais été au bout, et surtout parce que j’avais une formation à vendre. J’avais réussi et j’allais aider tous ceux qui en feraient la demande. C’était impressionnant : avoir créé une formation complète pour devenir formateur, créer son propre site, la plateforme de formation… Bref, tout pour avoir accès à ma formation.

Voilà le lien de mon site pour les curieux !

Le plus important

Lors de mon défi, j’ai oublié un élément clef dans mon planning : la création de contenu. Tellement évident pour moi et simple que je l’ai oublié ! Cette partie est énorme puisque c’est toute la formation à rédiger, à expliquer.

Il ne s’agit pas de partir à l’improviste. Même si je ne forme pas en présentiel, mais en vidéo, le script doit être écrit. Même si je ne faisais pas attention à la forme, il fallait le fond. M’en rendant compte avant le tournage, j’ai écrit toutes les séquences, les unes après les autres. Heureusement, je suis méthodique, mais cela prend un temps fou.

J’ai parfois fini très tard, jusqu’à ce que mes yeux deviennent d’une lourdeur prononcée. J’avais mal aux yeux et je ne comprenais pas pourquoi. En fait, j’écrivais depuis des heures. Si mon corps ne m’avait pas demandé le sommeil, j’aurai écrit encore pendant un bon moment.

Je faisais ce qui me plaisait. Je préparais ma formation et je m’imaginais animer, ce que j’allais dire, comment appuyer mes mots, les exemples et les exercices. Bref, je m’amusais vraiment.

Il a fallu bousculer un peu le planning pour ajouter cette partie. Chaque jour, je travaillais sur le contenu à créer. Arrivant au tournage, j’ai eu un décalage entre ce que j’écrivais et ce que je tournais. J’avais écrit plus vite que ce que je ne tournais.

À la fin du défi, en revoyant les vidéos, je vois déjà les améliorations à y apporter. Mais, le plus important n’est pas la formation parfaite, mais ce que les apprenants veulent savoir.

Conclusion

Vous l’avez compris, c’était un énorme challenge pour moi avec des peurs et des blocages et pourtant, je l’ai fait. J’ai été au bout et je suis vraiment contente d’en être arrivée là. Je vous invite donc à faire la même chose.

Lancez-vous vos propres défis, n’ayez pas peur de vous fixer des objectifs élevés et de rêver à ce que vous voulez. Faites devenir réel vos idées. Je vous ai prouvé que tout était possible. Je vous ai montré chaque d’un challenge complètement fou. Qui aurait pu croire que j’allais réussir ? Qui m’a affirmé que j’allais réussir ? Personne.

Montrez de quoi vous êtes réellement capable. Vous avez la force nécessaire pour tout accomplir. Ne réfléchissez plus et agissez.

Et si vous voulez suivre la méthodologie complète qui m’a permis de réaliser mon projet, il vous suffit de me rejoindre en cliquant juste ici 🙂

Florence Pauly

Leave a Reply

Your email address will not be published.